Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2014

La FRANCE... QUOI ? QUI ? COMMENT ?

 

 

france drapeau version 3.jpg

 

 

 

 

 

 

La France ? Quoi ? Ou ? Comment ? Quelle France ?

 

 

 

Par rapport à beaucoup de gens qui ont plus ou moins mon âge (75/80) que je côtoies, et à la plupart des intervenants sur les Réseaux Sociaux d’Internet, je suis vraiment un plouc… A quatorze ans et  trois mois, un matin à 6h30, à l’entrée d’une usine, j’ai pris la fiche cartonnée à mon nom, l’ai introduite dans la pointeuse, et pour la première fois j’ai «  pointé »… Je commençais ma carrière dans ce que les sociologues de l’ère Mitterrand avait pompeusement appelé «  la vie active », que j’arrêtais quarante-six ans plus tard, pour prendre une joyeuse retraite et devenir un rentier…J’ai quand même pris le temps, tout au long de ma vie, de dévorer quelques centaines de bibliothèques, au hasard de mes découvertes et de mes gouts, dans un éclectisme complet…Bien entendu, avec l’humour et l’humilité qui me caractérisent, je me considères aujourd’hui comme un «  vieux con », mais je considères aussi qu’un « vieux con » a le droit et le devoir de s’exprimer et de dire ce qu’il pense d’une société française en train de sombrer, et sans être trivial, de voir une société française partir en couilles…

 

 

 

Souvent des jeunes gens me disent « vous, vous avez eu de la chance, vous avez toujours eu du travail, vous avez pu vivre à l’aise et avoir des retraites correctes… » Ouais…, on a toujours eu du travail, c’est vrai, mais la semaine était de 48 H 75, et la plupart des gens travaillaient 50 H par semaine, pour un salaire qui permettait de « gagner sa croute », et pas de s’acheter des bagnoles, des vacances, des appareils ménagers sophistiqués ou une maison… Et ce que la plupart des Français ont oublié ou ne savent pas, c’est qu’en 1949, l’année ou j’ai commencé à travailler, la France était à moitié détruite, des villes rasées par les bombardements, il n’y avait plus de gares, plus de ponts, et les Français avaient du mal à se nourrir… la fameuse « carte de rationnement » existait encore… Et pour reconstruire et faire repartir la France, les Français, TOUS les Français, travaillaient dur, car les gens du peuple n’ont jamais eu peur du travail, ce qu’ils n’aiment pas, c’est l’injustice… Et la France devait importer la moitié de ses approvisionnements d’alimentation, et en 10 ans, les paysans ont réussi le tour de force, non seulement de nourrir tous les Français, mais d’exporter des céréales et autres aliments de base… Et si la France des années 1960 avait réussi à retrouver un niveau de vie acceptable, c’est grâce au travail de ces millions de travailleurs de toutes sortes et aux paysans, et aujourd’hui, les petits bourgeois issus de l’Education Nationale, avec de Gros Diplômes  bien ronflants, viennent vilipender le peuple des années d’après-guerre… !! Si la situation économique et financière de la France s’écroule dans les années 2015 ou 16, il faudra que les Français se remettent au boulot, comme leurs anciens, accepter des semaines à rallonge et des salaires inférieurs…

 

 

 

Ce qui m’étonne le plus dans ces personnages que je côtoie, qui ont tous fait des études secondaires ou supérieures, souvent des professeurs en retraite, c’est qu’ils semblent avoir arrêté leur progression de connaissances sitôt leurs diplômes dans la poche, il y a donc 30 ou 40 ans, et sont totalement persuadés de tout savoir sur le fonctionnement de la société actuelle, et en particulier la gestion libérale des entreprises… bien entendu, toutes dans les mains d’affreux capitalistes qui ne savent que «  faire suer le burnous »..

 

 

 

C’est un peu effarant quand même, alors que le plouc que je suis, qui a passé 46 ans de sa vie dans huit boites privées, de la petite, la moyenne, et la multinationale, sait que les choses ont changées, par la force des événements et l’évolution  du monde, et aussi par l’évolution des humains qui ont suivi ou subi une éducation différente…On peut dire, en gros , que tous les Français de moins de 50 ans ont été complètement coupés de l’éducation traditionnelle de leurs parents et ancêtres, aussi bien dans le cadre familial que scolaire… le tsunami débile des « Libres Enfants de Summerhill » était passé par là… Le contexte d’une entreprise française il y a un siècle, qui bénéficiait d’un climat général de recherche du «  progrès »  et du marché presque  exclusif des ex-colonies et pays non industrialisés, et le contexte d’une entreprise similaire en ce début de XXI me siècle est tout à fait différent… maintenant il faut se battre tous les jours pour faire tourner sa boite et surtout arriver à vendre ce que l’on produit dans un cadre de concurrence folle…Il serait bon que les grands chefs syndicalistes français comprennent que les Chefs d’Entreprise ne sont pas des ennemis , mais des partenaires, et en cas de conflits de simples adversaires, que les problèmes sont des cas à régler , non des guerres… Et tous ces gens qui vaticinent logorrhéiquement dans tous les azimuts médiatiques invoquent encore Emile Zola, la Commune, la menace fasciste, les « gros » propriétaires, et les bons chanteurs anarchistes des années 1950, et tous ces gens-là (comme disait Brel ) n’ont jamais mis le pied dans une usine, jamais travaillé sur une chaine de montage, et ne sauraient même pas gérer une épicerie…. Quand Simone Weil  écrivait «  La condition ouvrière », elle travaillait et vivait l’expérience dans une usine, aujourd’hui tous les sociologues  qui publient des tonnes d’ouvrages  sur les conditions de travail sont tous des petits bourgeois un peu escrocs…qui n’ont jamais eu la moindre ampoule dans la paume des mains…

 

 

 

                  Le plouc que je suis, sait que toujours, depuis la plus lointaine histoire les êtres humains qui ont survécu aux cataclysmes, aux folies guerrières ou aux changements climatiques, et aux catastrophes financières,  sont ceux qui ont eu  le courage, la force et la volonté de s’adapter aux circonstances, ceux qui n’ont pas eu de courage ont disparu… Nous en sommes là actuellement,  il faut revoir nos conditions trop faciles de vie, se serrer un peu la ceinture, vivre plus sobrement, et promouvoir des élites et des ingénieurs capables d’inventer et d’entreprendre pour le bien public, car s’il est facile, pour les Beaux Messieurs et belles Dames de l’ENA,  de faire des beaux budgets prévisionnels pour accorder des avantages sociaux, à un moment ou à un autre, il faut « remettre des sous dans les caisses… »     

 

 

 

Bientôt le mois de mai, traditionnellement révolutionnaire, bordélique, propice à tous les manipulateurs d’opinion et aux réformateurs de pacotille,   tous nos grands penseurs libertaires et pseudo-socialistes disent qu’il faut reconstruire la République, la refaire, la réorganiser…, oui, mais qu’est-ce qu’une République, ou toute autre forme d’organisation politique, sans un vrai peuple…un vrai de vrai, pas un capharnaüm préfabriqué par la publicité et les slogans libertaires et liberticides  ?

 

 

 

                Dans une émission de télévision, une dame originaire du Sénégal disait : « quand je suis arrivée en France en 1960, j’ai été très bien accueillie et me sentais à l’aise partout …aujourd’hui je suis en permanence en but à des propos racistes et à des gestes d’impolitesse… » Hé oui, dans les années soixante, la France c’était encore la France, avec un vrai peuple, un peu rouspéteur, gueulard et gouailleur, mais un peuple au grand cœur et sans prétention…. Un peuple foncièrement bon, car pétri, modelé, civilisé, éduqué,  par deux mille ans de christianisme, et un long apprentissage de la démocratie républicaine.

 

 

 

Aujourd’hui la France n’est plus la France car il n’y a plus de peuple, parce que les gens ont tellement été manipulés et infantilisés par les modes, la psychanalyse et les médias, qu’ils ont presque tous perdus leurs valeurs familiales  religieuses et citoyennes de base. C’est le vide spirituel et humaniste intégral qui règne, entretenu par nos grands penseurs progressistes, qu’ils soient socialistes ou capitalistes, et quand il y a le vide spirituel, il n’y a que trois choses qui occupent et préoccupent les gens, l’argent, le sexe et la violence.

 

 

 

Encore pire que ça, depuis quelques années, notre perverse intelligentsia  répand par tous les moyens  l’idée que les êtres humains sont des ratés de la création, et que les animaux sont bien plus doués et intelligents… Il suffit de constater que nos grandes chaînes de télévision ne diffusent que des documentaires dithyrambiques  sur les animaux, et pas les plus attirants, crocodiles, serpents, requins, rats… les humains n’étant présentés que comme de vagues protozoaires tout juste capable de forniquer et s’entretuer…Encore pire que cela, la Société Américaine de Psychiatrie, dans son récent manuel de diagnostics, prouve que les cas d’autisme, sont passés de 1 pour 10.000 dans les années 1950,  à 1 pour 100 dans les années 2000… A ce rythme-là, dans les années 2050, TOUS les enfants d’homme qui naitront seront autistes… ? Quelle aubaine pour les dictateurs… !!

 

 

 

Un peuple qui accueille, un peuple qui est généreux, un peuple ouvert, c’est d’abord un peuple respecté, alors que depuis le passage des hordes barbares soixante-huitardes, le peuple est en permanence bafoué et humilié, toutes les qualités du peuple, l’honnêteté, la moralité, le respect des anciens, l’amour du boulot bien fait, la pudeur sexuelle,   ont été balayés par les petits bourgeois révolutionnaires inconscients et débiles. Un grand quotidien français est même allé jusqu’à appeler certains Français des « petits blancs », moi je croyais que les petits blancs ça existait au Brésil, ou en Afrique du Sud, ou en Californie, mais non, maintenant nos élites intellectuelles ont trouvé des «  petits blancs » en France.. Même le terme «  français de souche »  a été vilipendé par le Ministre de la Police, pourtant ce sont bien ces gens-là qui ont fait la France aussi belle qu’elle est… aujourd’hui ? Je connais mes ancêtres depuis 1610, et pas un seul spadassin, ou arquebusier, ni même un seul rond de cuir, que des gens industrieux et courageux : charrons, paysans, charpentiers, laboureurs, scieurs de long, maréchal ferrant, forgerons, merciers, tonneliers, cantonniers, cuisiniers, plombiers, mécaniciens, jardiniers, maçons… et les descendants de ces gens-là n’auraient pas le droit de s’appeler «  Français de souche »… ? Et inversement, en quoi, serait-ce un déshonneur d’être un Français d’origine espagnole, polonaise, algérienne, portugaise, réunionnaise, arménienne ou portoricaine ?

 

 

 

…D’ailleurs, quelle famille française, aujourd’hui, ne compte pas dans ses rangs un membre issu d’un peu toutes les parties du. Monde..? Ma mère était Italienne, et maintenant dans la génération de mes enfants et neveux, c’est un véritable  patchwork de nationalités du monde entier…

 

 

 

La France de 2014, c’est la France voulue par les intellectuels éclairés par les « Lumières », une France athée, matérialiste, métissée, une France traversée de courants animistes, chamanistes, sectaires, fondamentalistes, une France trop influencée quelques milliers d’arrivistes barbares qui l’habitent… Oui, la France de 1960 est morte, on ne l’a pas encore enterrée, mais elle est en état de décomposition avancée…

 

 

 

Il faudrait que tous ceux, journalistes, intellos professionnels, sociologues, psychologues, computationnalistes, cognitistes soi-disant philosophes,  qui chaque jour nous bassinent les oreilles en nous répétant que les Français sont racistes, xénophobes, intolérants, se regardent dans une glace et se disent «  mais oui, c’est nous qui avons changé, on ne croit plus à rien, on ne ressemble plus du tout à nos parents, et c’est nous qui faisons la France minable d’aujourd’hui, c’est nous le melting-pot visqueux uniquement soucieux de gagner du fric et avide de jouissances matérielles»…Pas les gens du peuple oubliés….

 

 

 

La France de 2014 est comme elle est, il faut l’accepter comme elle est, et s’adapter, si on ne s’adapte pas on meurt. Mais il faudrait quand même un peu d’honnêteté de la part de nos censeurs patentés garantis par un diplôme de l’E.N. : il faut arrêter de parler de n’importe quoi, n’importe quand et n’importe comment, presque toutes les familles françaises aujourd’hui ont dans  leur entourage proche, qui un Polonais, qui une Espagnole, qui un Maghrébin, qui une Allemande, qui un Camerounais, qui une Créole, qui un Italien, qui une Réunionnaise, etc., etc., et chacun voit bien que si tous ces nouveaux Français ont beaucoup de courage et des qualités propres à leurs origines, ils ont aussi de gros défauts, et il faudrait faire la part des choses, et le dire… Ma mère est arrivée en France en 1908, de nuit, dans un train brinquebalant en provenance de Turin, dans une triste ville de Lorraine, ou elle allée à l’école pendant deux ans, se faisant traiter de «  sale macaroni », mais ce passage lui a forgé un caractère d’acier… Ses parents et ses quatre frères et sœurs, même s’ils ont eu du mal à se faire une place dans la société française, ont toujours été reconnaissants à la «  dite France » de leur avoir toujours donné à manger, alors qu’ils crevaient de faim dans l’Italie du début du siècle… 

 

 

 

Et une condition essentielle d’une renaissance française : RETABLIR la LIBERTE… Pendant un siècle les argousins progressistes et autres « libres -penseurs » ont critiqué et attaqué de façon assez violente ceux que l’on qualifiait de « sectaires », qui se trouvaient être les bourgeois et la gent cléricale.. Mais dans l’Histoire les situations s’inversent souvent, aujourd’hui les « sectaires » sont les factions dites de gauche qui prétendent détenir la seule « VERITE VRAIE », dans tous les domaines, et leurs propagandistes sont devenus des espèces de «  talibans laïques ».. Ajouter à cela une armée de professionnels plus ou moins escrocs, psychologues, psychanalystes, moralistes, sexologues, nutritionnistes, chamanes, libertaires, qui ont le monopole des médias télévisés, et viennent chaque jour nous imposer des dictats existentiels et comportementaux qui enferment la majorité des gens dans de véritables prisons psychiques… Il faut surtout redonner la LIBERTE TOTALE à tous les médias et aux journalistes, afin qu’ils puissent inviter qui ils veulent, quand ils veulent, en particulier des représentants de toutes les religions, et pour la France, des représentants de toutes les Eglises Chrétiennes, qui ont leur mot à dire sur la moralité et les évolutions sociétales et génétiques, rien ne peut remplacer une expérience de la vie des hommes de 2000 ans….Et pour clore ce chapitre, une citation « Quand la VERITE n’est pas LIBRE, la LIBERTE n’est pas VRAIE » de Jacques Prévert ( Spectacle. 1951)

 

 

 

Au niveau socio-économique, il faudrait là aussi que ce soit une initiative des gens du peuple, du « Peuple d’en Haut », en gros des 50% de Français qui gagnent très, très, bien leur vie, il suffit de voir le luxe effarant des appartements, des maisons, des automobiles, plus les loisirs, les voyages, les restaurants à étoiles, et en plus des retraites hyper-confortables, qui pourraient facilement maintenir leurs prérogatives sociales en faisant basculer 10% de leurs revenus vers les 50% de français qui ont de grosses difficultés pour assurer simplement le « NECESSAIRE »… et des ¾ millions de nos compatriotes qui survivent dans le contexte humiliant de la MISERE, dans le cadre d’une FRANCE encore considérée dans le monde  comme un PAYS RICHE…    

 

 

 

Moralité : les «  nouveaux philosophes »  les «  nouveaux sociologues » les «  nouveaux révolutionnaires » et autres réformateurs et démiurges de tous poils, armés des philosophies à la mode, phénoménologie, positivisme, matérialisme, et autres sciences absurdes,  ont cru pouvoir apprivoiser la poule aux œufs d’or qu’était le peuple français, en détruisant vingt siècles de tradition chrétienne, et ils l’ont tuée la pauvre poule, le peuple français est devenu un peuple de zombies ….

 

 

 

Et plus le christianisme recule, et parallèlement, plus l’Eglise de France s’efface dans les consciences, et plus le respect des personnes et des biens, plus l’honnêteté, plus le courage au travail, plus le gout d’apprendre et d’entreprendre, plus la citoyenneté reculent…  

 

 

 

 Peut-être que dans trois ou quatre générations, une couvée miraculeuse  fera renaître la poule aux œufs d’or  et la fera caqueter joyeusement un nouvel Alléluia…  Va savoir… ?

 

 

 

                                                         Gaillac le : 23.03.2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16/03/2014

ZOOM sur l' ACTU ( langue française lobotomisée )

 

france new-look.jpg

 

 

FRANCE 2014 : CACOPHONIE des mœurs, des consciences, et de la gestion de l’Etat.

 

Le moins que l’on puisse déduire du spectacle politique et sociétal qui s’offre à nos yeux en ce début d’année 2014 est la comparaison avec les scènes loufoques et désespérées de la fameuse « Dolce Vita » … Mais la négation et le rejet  des moindres principes d’une société civilisée, qui apparaissent comme comiques et amusants  dans le film deviennent tragiques et clownesques dans le contexte existentiel d’une société étatique organisée…

 

N’importe quel système politique ne peut se sentir à l’aise, et ne peut maintenir la moindre confiance dans la nation qu’il dirige sans respecter trois points primordiaux : 1 / Respect de la famille et respect des enfants 2 / Respect de la vie sous toutes ses formes et en particulier la vie des vieillards 3 /  Respect des traditions ancestrales et millénaires et des modes de vie traditionnels de la majorité des habitants.

 

Et comme dans  tous les systèmes organisés, l’exemple de l’honnêteté et de la droiture doit venir du HAUT, qu’il s’agisse d’une famille, d’un commerce, d’un artisanat, d’une entreprise ou d’un Etat.. Les exemples scandaleux que nous avons eu à contempler ces derniers mois, que ce soit dans les scandales financiers de directions de multinationales ou gouvernementales, ou dans les comportements libertins et machistes au plus haut niveau de l’Etat ne sont pas faits pour rehausser la considération du peuple envers ses dirigeants…

 

La mode chez nos actuels gouvernants, tout au moins la mode de surface, est le rejet de tout ce qui a fait la grandeur, la réussite et le renom du peuple français au cours des 2000 ans de son histoire, soit , en résumé :  le travail, l’honnêteté, le mariage et la foi chrétienne, auxquels on peut rajouter un caractère assez ronchonneur qui lui a fait rejeter toute gouvernance despotique ou totalitariste…

 

Et les dernières manifestations felliniennes offertes par la Justice, la Police, les mensonges gouvernementaux, la quasi-certitude de l’existence d’une armée secrète de policiers politiques fouinant dans les existences des précédents locataires de l’Elysée, ne sont pas de bonne augure pour l’avenir, tout porte à croire que le NKVD soviétique a fait des émules en Terre de France… 

 

Et pendant ce temps-là, la dette des emprunts de la France  continue à augmenter, aujourd’hui, chacun d’entre nous a une ardoise de 30.000 euros, même les bébés qui vont être inscrits à l’Etat-Civil    dans la journée… Et les menaces de la Commission Européenne qui se font pressantes … La pilule risque d’être amère pour une grande majorité de Français qui semblent indifférents à cette situation : la France mise sous tutelle comme la Grèce ou l’Espagne…, ça va faire mal… beaucoup plus que la mesure sectaire prise par le Premier Ministre : bloquer les Retraites Complémentaires du Régime Privé en 2014 et 2015… !!

 

 La France  au même niveau de surveillance que la Bulgarie….!!

 

 

Et puis normalement, dans un Etat de forme socialiste et laïque,  tous les citoyens devraient être pris en charge… les Restos du Cœur, Secours Catholiques et autres Médecins du Monde et Secours Populaires devraient être bannis, notre ministre des Affaires Sociales, si intelligente, si efficace, si cultivée, aurait dû effacer cette tâche ignominieuse dans le décor socialiste radieux, et qui rappelle trop le rôle novateur et  primordial de la charité chrétienne en notre belle France…

 

Ne parlons pas de la fameuse «  courbe du chômage »   à géométrie variable inventée par notre Président, mais qui laisse sur le carreau entre 4 et 5 millions de Français, y compris des Français de SOUCHE… Et la fameuse loi sur les personnes dépendantes qui devait être votée dans les trois mois après l’arrivée des socialistes au pouvoir… Et l’enlisement en Centre-Afrique, ou l’intervention était peut-être justifiée, mais où l’on est parti comme des boy-scouts en goguette…

 

Je conclurais cette chronique du temps présent  comme Alexandre Vialatte le faisait de ses célèbres chroniques « Et c’est ainsi qu’Allah est Grand »…    

 

  

 

13/03/2014

IL ETAIT UNE FOIS L'EURO...

 

merkel sarko holl.jpg

 

 

IL ETAIT UNE FOIS l’ EURO…

 

Cela commence comme une histoire des Shadoks… En ce temps-là la vie était belle : les Gibbis et les Shadoks héritèrent chacun d’un EURO, très beau, brillant comme un sou neuf…

 

Mais il semblerait que les Gibbis eurent un EURO plus solide, plus dur, plus brillant, ils en prirent soin et le firent prospérer…

 

L’EURO des Shadoks, pourtant aussi brillant au départ, devint vite mou, friable, les pauvres Shadoks ne pouvaient pas le tenir en mains et le dépensèrent sans compter…

 

Chacun peut imaginer une suite…